Livres
432 925
Membres
354 902

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Éric Zemmour

59 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par Lilou 2010-03-20T23:33:05+01:00

Biographie

Journaliste politique et écrivain français

[Littérature française]

Né à Montreuil le 31 août 1958

Diplômé de l'I.E.P. de Paris, Eric Zemmour commence sa carrière au Quotidien de Paris où il est journaliste politique de 1986 à 1994. Editorialiste à Info Matin pendant deux ans, il est grand reporter au Figaro depuis 1996, et journaliste à Marianne depuis 1997. Eric Zemmour est aussi romancier. Il est l'auteur de six livres, parmi lesquels 'Immobile à grand pas' une biographie d'Edouard Balladur ou 'L' Homme qui ne s'aimait pas', un portrait de Jacques Chirac qui rencontre un grand succès, et où le journaliste fait montre de ses talents d'écrivain, en plus de ceux de reporter politique. En 2006, il sort un essai provocateur 'Le Premier sexe', qui lui vaut plusieurs invitations sur des plateaux de télévision, où il multiplie les coups d'éclat au cours de nombreuses émissions, en tant qu'invité ou chroniqueur.

Evene.fr

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Quelques chiffres

Note moyenne : 5.92/10
Nombre d'évaluations : 13

0 Citations 11 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Éric Zemmour

Sortie Poche France/Français : 2016-09-07

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Brodi 2013-04-14T21:44:37+02:00

Pas moyen de passer à côté : Eric Zemmour est partout. Le matin sur RTL France, le samedi chez Ruquier, dans les JT, partout. Et donc allons-y, achetons son dernier bouquin pour voir ce qu’il a à dire.

La thèse principale du livre est rapidement présentée : la vocation de la France est de reprendre le flambeau de l'empire romain (ben oui, vous en doutiez ?). L'incapacité à y parvenir explique la mélancolie française (on le serait à moins).

S’ensuit un essai que j’ai trouvé pour ma part mal structuré et difficile à suivre car l’auteur passe d’un sujet à l’autre avec plus de pirouettes que de cohérence… Le tout rédigé dans un style qui a certes le mérite d’exister, mais tellement alambiqué, bouffi de références plus ou moins explicites, qu’il rend l’ensemble indigeste au possible.

Et ça, c’est juste mon avis sur la forme. Le fond c’est encore autre chose. Sa vision (grecque) d’une histoire cyclique vaut ce qu’elle vaut, mais elle l’emmène dans une justification historique, culturelle, politique et philosophique de l’extrême droite, et ça j’aime moins….

Afficher en entier
Commentaire ajouté par dune92 2013-05-24T20:38:23+02:00

Entre Zemmour qui parle et Zemmour qui écrit, il y a un fossé que je n'ai pas réussi à franchir. J'ai acheté ce livre car j'apprécie l'histoire et la façon d'expliquer de Zemmour lorsque je l'entends dans des émissions. Au bout de 40 pages, j'ai compris que ce livre n'était pas pour moi. Il faut déjà avoir de sérieuses connaissances de l'histoire de France pour apprécier la lecture. Il fait mention de traité, de politique marchande, économique que je ne connais pas. J'ai été vite perdu car toutes ces infos sont amenés en vrac sans ordre chronologique pour expliquer son point de vue.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Jane33 2014-11-21T13:21:30+01:00

De très belles heures de lecture de notre histoire toute récente ! Un excellente analyse de toutes les erreurs qui ont été faites - hélas - ces quarante dernières années !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Manina 2014-11-24T16:37:25+01:00

Pas toujours d'accord (sur les femmes et sur les gays, en particulier) et aucune envie de revenir au temps où "Moulinex n'avait pas encore libéré la femme", mais les points de vue développés dans le livre sont intéressants et intelligents. Un beau parcours de l'histoire de ces soixante dernières années.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Padena 2014-12-05T18:20:23+01:00

Très gros travail de recherche et d'analyse, quelquefois convaincant

On attend des propositions pour l'avenir, après le suicide !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Virgile 2014-12-29T16:27:22+01:00

Tout d'abord si vous pensez qu'en gros les choses vont bien en France, ce n'est pas la peine de lire ce livre. Si Zemmour vous agace en règle générale, passez votre chemin, ce livre sera un mauvais moment. Le livre se construit dans une suite d'événements historiques soit importants soit anecdotiques qui enchevêtrés entre eux donnent une trame plutôt passionnante, le choix des événements est extrêmement habile et c'est un roman réalité politique qui nous est donné. Les analyses elles sont parfois trop caricaturales, à la limite de la mise en scène mais sont pour la plupart assez justes en mon sens. Livre de plus de 500 pages qui a été un compagnon d'un mois pour des bons moments de lecture.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Nymphetamine 2015-01-04T22:11:06+01:00

Bien qu'Eric Zemmour soit une personnalité que j'apprécie plus ou moins, je ne supporte pas son idéologie homme/femme des années 1900.

On ne peut nier que c'est un livre bien écrit. Il a raison sur certaines choses, notamment la féminisation des hommes dû à l'influence des magazines, des icônes de mode, etc. Mais il lui arrive de s'égarer, et d'avoir une opinion très machiste des relations entre les hommes et les femmes, et très clichés de ce que doit être l'homme, et de ce que doit être la femme.

J'ai eu l'impression qu'il rejetait tous les problèmes du monde actuel sur les femmes (et les "homosexuels"), et leur influence montante au sein de la société. J'aimerais faire savoir à Zemmour, que non, l'idéal de la femme n'est pas l'homosexuel. Une femme hétéro aime la virilité (être macho n'est pas virile, sachez-le messieurs), à part quand elle a 15 ans et qu'elle fantasme sur Harry Style. Mais à cette âge là, ce n'est pas une femme, et elle ne représente rien du tout.

Je me suis tirée les cheveux sur ses allusions que la femme est le sexe obéissant, qu'elle joue un rôle de second plan. Que l'homme est infidèle par nature, que c'est normal et aller contre, c'est prôner la féminisation de la société. Je pense que toutes les femmes ont leur mot à dire autant que les hommes dans la société, et dans le couple. La vision de l'homme n'est pas l'unique, et la femme ne doit pas subir un machisme perpétuelle sous prétexte que sinon, l'homme devient une lopette. Une femme n'est pas mineure à vie, et je suis extrêmement heureuse que nous ne soyons plus obligés de nous marier pour exister, être une bonne conchita pour se sentir vraie femme, demander l'autorisation au mari pour telle ou telle chose. Je suis heureuse que nous ayons le droit de vote, le droit de parler à l'assemblée, le droit de travailler, le droit de disposer de notre corps. Et tout cela, les femmes ont dû se battre pour l'avoir, même si des inégalités persistent.

Le féminisme n'est pas le culte de l'homosexuel, le féminisme, c'est donner aux deux sexes les mêmes droits et les mêmes chances. La féminité n'est pas une tare. Les hommes fidèles n'ont pas à rougir de honte. Les femmes insoumise n'ont pas à culpabiliser.

Prôner l'infériorité d'un Noir contre un Blanc serait inadmissible, car ce sont tout deux des êtres humains. C'est exactement pareil concernant l'homme et la femme.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Manon-Marie 2015-01-07T12:59:19+01:00

Face aux vents que soulève Éric Zemmour à chacune de ses interventions médiatiques, j’étais curieuse de voir par moi-même de quoi il en retournait. Même si le début n’était pas facile, le style de l’auteur étant assez particulier (soutenu, manquant par moment de fluidité et parfois limite décousu), j’ai trouvé l’ouvrage vraiment intéressant.

Il faut dire qu’il m’a fallu mettre de côté tous mes aprioris car je m’attendais surtout à un livre faisant beaucoup de bruit sans réelle profondeur. Et c’est d’ailleurs l’impression que j’ai eu à la lecture des premières pages. Des idées faisant polémiques sans approfondissement ni argumentation, voilà l’opinion sur laquelle je serais restée si je m’étais arrêtée là. Heureusement que je me suis accrochée ! Le Suicide Français s’est avéré beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord et si la question de l’identité nationale y est très présente, ce n’est pas le seul point abordé. Il serait en effet réducteur de dire qu’il n’est question que d’immigration, d’intégration et d’étrangers ici. Certes, ce sont là des sujets développés (et souvent évoqués dans les médias à propos de l’auteur) mais pas seulement : l’économie, la politique, la mondialisation (ou la domination américaine), l’Union européenne (ou l’abandon de sa souveraineté par la France) ou encore l’éducation sont autant de sujets traités.

Que l’on adhère ou pas au point de vue de l’auteur, là n’est pas la question de cette chronique. Néanmoins, il est impossible de ne pas se poser de nombreuses questions. Ce livre donne à réfléchir sur la place que nous occupons en tant que citoyen en France mais aussi sur celle que nous souhaitons que la France occupe sur la scène internationale.

A la lecture de ce livre, je comprends pourquoi il a fait autant de bruit. Les idées défendues sont souvent radicales et ont de quoi provoquer de nombreux et longs débats. L’auteur sait défendre ses positions grâce à une argumentation bien développée et bien construite. Que l’on soit pour ou contre les idées présentées, Le Suicide Français est un ouvrage intéressant qui permet d’avoir un autre point de vue sur des sujets de société qui font polémique. Si vous décidez de vous lancer dans cette lecture, je ne peux que vous conseiller de le faire avec l’esprit ouvert car comme dans tout débat, quel est l’intérêt d’en avoir un si vous n’écoutez pas votre interlocuteur ?

Ma chronique ici : http://drunkennessbooks.blogspot.fr/2015/01/le-suicide-francais.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par ludwigjeansebastien 2015-01-19T13:08:38+01:00

Du 9 Novembre 1970, date de la mort du Général de Gaulle au 13 décembre 2007, ratification du Traité de Lisbonne qui fut un copié-collé de la Constitution Européenne écrite sous la houlette de V. Giscard d'Estaing et rejetée par 55% des Français deux années plus tôt, Eric Zemmour fait revisiter à son lecteur les Trente « Calamiteuses » qui succédèrent aux trente « Glorieuses » (1945-1975). Il ne nous retrace pas in extenso la totalité de cette tranche d'Histoire mais cherche à nous faire comprendre les raisons pour lesquelles notre pays est tombé aussi bas, pourquoi notre économie se porte si mal, pourquoi notre souveraineté est partie en fumée et comment les phénomènes parallèles de tiers-mondisation et de paupérisation se sont enclenchés. Pour ce faire, il prend appui sur une petite centaine d'évènements marquants (institution du Conseil Constitutionnel, fin de la convertibilité du dollar, reconnaissance de la Chine par les Etats-Unis, entrée du Royaume-Uni dans la CEE, scandale du Watergate, loi mémorielle en 1972, loi Pompidou-Giscard dite « Loi Rothschild » sur le financement de la dette publique, dépénalisation de l'avortement, regroupement familial, loi Haby sur le collège unique (1976), création du CDD (1979), référendum sur le traité de Maastricht ou affaire Tapie pour n'en citer que quelques-uns) dont, à l'époque, on ne remarqua pas forcément l'importance dans le processus général de démolition du roman national. Pour mieux cerner les tendances lourdes de l'évolution des mœurs, il n'hésite pas à prendre appui sur des chansons comme « Lily » de Pierre Perret ou « L'Aziza » de Daniel Balavoine, sur des films comme « Dupont Lajoie » d'Yves Boisset ou « Train d'enfer » de Roger Hanin et même sur une série télé aussi mièvre qu'« Hélène et les garçons ». Cela pourrait sembler futile et même indigne de la solennité du travail de l'historien et pourtant, à la réflexion, il n'en est rien. Une simple ritournelle peut nous en apprendre beaucoup sur l'air du temps.

Un essai historique mené avec brio et intelligence. Parfaitement documenté et référencé. Des analyses pertinentes, fort bien étayées et difficilement discutables et, malheureusement, un diagnostic irréfutable marqué au coin d'un bon sens si méprisé et si vilipendé par nos oligarques, journalistes et autres beaux esprits donneurs de leçons. D'où la polémique en forme de tempête dans un verre d'eau sur le rôle de Pétain vis à vis des Juifs avec l'éviction d'une chaine de télé pour son auteur (bravo la liberté d'expression...) et parallèlement, l'immense succès populaire de ce livre. Zemmour est un des esprits les plus brillants et les plus honnêtes de son époque. Ses conclusions rejoignent ce que le peuple ressent plus ou moins confusément. Il dénonce la sous-culture de masse, les conséquences de Mai 68, les outrances du féminisme, l'antiracisme aggravant le racisme, les idées chrétiennes devenues folles et les dangers d'un islam que personne n'a pu ou voulu contenir. « Détruisez le christianisme et vous aurez l'islam », dit-il en citant Chateaubriand. Ce livre est fort bien écrit et très agréable à lire en dépit du sujet grave qu'il traite, le discours est pondéré (ce n'est ni un brûlot fasciste ni un pamphlet raciste), parsemé de belles fulgurances du genre : « Auparavant, il y avait Paris et le désert français. Désormais, ce sera de plus en plus, Paris et la désespérance » ou « Guerre, homme, patrie, trinité diabolisée de notre temps » ou encore « Mai 68 fut une révolution de la société contre le peuple ». Nous vivons « un mai 40 économique et une guerre de religion en gestation ». Nous n'en avons pas encore pleinement pris conscience mais ça ne saurait tarder. On comprendra que ce livre, même si le lecteur n'en partage pas toutes les analyses (Zemmour, en indécrottable gaulliste qu'il est, idéalise un peu trop l'homme du 18 juin), reste un ouvrage de référence majeur. Utile et même indispensable à qui veut comprendre les évolutions de la géopolitique. Quoi de mieux que le passé pour éclairer le présent. Un ou deux reproches quand même. Le délai d'étude sur moins d'un demi-siècle semble un peu court et un peu artificiel. Cette évolution ou plutôt « involution » remonte certainement à beaucoup plus loin mais c'est un autre débat. Le mot « Suicide » placé dans le titre nous semble inapproprié. Il sous-entend une volonté délibérée du peuple pour en finir avec son destin alors que tout le livre démontre qu'il a été berné, qu'on lui a menti, en un mot qu'il a été trahi par ses élites depuis des années. « Déclin français » ou « Assassinat d'une grande nation » auraient été plus justes mais sans doute moins vendeurs.

Afficher en entier

On parle de Éric Zemmour ici :

Dédicaces de Éric Zemmour
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Albin Michel : 4 livres

Grasset : 3 livres

Denoël : 3 livres

LGF - Le Livre de Poche : 2 livres

J'ai lu : 2 livres

Fayard : 1 livre

Le Cherche Midi : 1 livre

Balland : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode