Livres
433 427
Membres
355 402

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Grégory Da Rosa

22 lecteurs

Activité et points forts

Classement dans les bibliothèques

Quelques chiffres

Note moyenne : 8.08/10
Nombre d'évaluations : 10

0 Citations 11 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Grégory Da Rosa

Sortie Poche France/Français : 2017-10-19

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Unbrindelecture 2017-02-18T10:59:05+01:00

http://www.unbrindelecture.com/2017/02/senachal-1-de-gregory-da-rosa.html un roman que j'ai adoré et que j'ai dévoré en quelques heures. C'est de la fantasy comme je les aime, avec une histoire qui m'a transporté. Pour un premier roman, je suis soufflée par la qualité d'écriture de Grégory et je suis très impatiente de lire le second tome et de retrouver Philippe.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Joyeux-Drille 2017-02-26T23:32:45+01:00

Un remarquable premier roman. Une ambiance oppressante, pleine d'ambiguïté, et des pics d'actions très bien menés, entre combats et magie. Au centre de tout, Philippe, ambitieux mais complexé par ses origines, conscient qu'il ne pourra occuper de plus hautes fonctions et qu'il sera toujours méprisé par les aristocrates. Qui donc est le traître ? C'est la question que se pose sans cesse le lecteur.

http://appuyezsurlatouchelecture.blogspot.fr/2017/02/lysimaque-est-une-fleur-lysimaque-est.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Goupilpm 2017-02-28T09:14:43+01:00

Avec une telle couverture et la première phrase de la quatrième de couverture l'on s'attend à une fantasy épique un peu dans le style de Miles Cameron, et là première désillusion : dès le début du récit on est à l'inverse plongé dans une fantasy intimiste rédigée sous forme de journal. On s'attendait en effet à assister d'une part à suivre les préparatifs de défense, d'autre part de ceux de l'adversaire. Mais que nenni, dans les premiers chapitres on assiste à une petite guéguerre de territoire entre deux des protagonistes principaux qui va malheureusement se poursuivre par la suite, c'est affligeant on a la nette impression d'assister à la scène où deux mâles lèvent la patte pour marquer leur territoire.

Quand au postulat de départ s'il prend un peu d'ampleur suites aux tentatives d'assassinats, il s'avère des plus basiques avec une guerre entre deux belligérants, motivée par une Église toute puissante. On a une fois de plus l'impression de revivre les faits et méfaits de l’Église Catholique Romaine qui voulait imposer par la force sa religion, n'en est pour preuve la muraille qui sépare l'un des pays antagonistes d'un territoire où vivent des démons. Une thématique qui n'est pas sans rappeler le mur d'Hadrien, et largement éculée depuis Georges R R Martin.

Il n'est pas difficile avec les titres des chapitres de s'apercevoir très rapidement que l'auteur va nous propulser dans un sempiternel univers médiéviste. Dès le début du récit, en même temps qu'il nous dépeint les différents protagonistes qui entourent le roi, l'auteur nous présente de manière laconique une partie des royaumes composant son monde géographique et leurs dirigeants. Mais là encore l'on n'a même pas daigné nous doter d'une carte pour les visualiser, et de plus on ne dispose pas d'indication par rapport aux points cardinaux pour les situer les uns aux autres. Il serait facile de rétorquer que cela n'est point nécessaire car l'intégralité du récit se déroule intra-muros dans la cité assiégée, alors pourquoi ne pas sans être tenu aux royaumes des belligérants. L'univers s'avère certes prometteur, mais encore faudra-t-il sortir de la cité car pour ce que l'on pu en découvrir il ne présente rien de bien original.

Pour son récit l'auteur a choisi le format Journal. Et qui dit Journal dit implicitement un seul narrateur ce qui donne au lecteur une vision limitée au seul ressenti du protagoniste principal, mais aussi une vision restreinte des faits et événements qui se déroulent puisque l'on n'assiste qu'à de qui se passe dans l'entourage immédiat du roi. Du siège mis devant la cité, l'on ne sait absolument pas ce que ressentent les habitants de la ville, les soldats qui se préparent au combat, les préparatifs,... L'on ne sait rien de ce qui se passe dans le camp adverse, les antagonistes nous ont été brièvement présenté, ceci de manière manichéenne, mais qu'en est-il réellement ?

Le style d'écriture à consonance très médiévale donne certes beaucoup de profondeur à l'univers, le phrasé très imagé, à grands renforts de métaphores, s'avère intéressant notamment dans les inter-actions verbales entre les différents personnages, Mais... dans la première partie ils sont parfois tous deux par trop présents : les notes de bas de pages se succèdent et ne sont peut être pas toutes utiles ; le langage imagé sont à certains moments bien placées, mais elles donnent de la lourdeur - proche du ton ampoulé - au récit quand elles s’insèrent entre des parties descriptives un peu longues, ou mêmes lorsqu'elles sont trop longues.

La deuxième partie du récit s'avère plus dynamique, avec moins de descriptions, des événements qui se précipitent, l'intrigue se développe enfin et l'on assiste à un combat entre magie et nécromancie réglé de très belle manière, très visuel tant sur le plan action que sur le plan émotions. Ce passage donne au récit une petite touche Dark-fantasy qui ne demande qu'à se développer par la suite.

En revanche, la troisième partie se révèle pesante avec les échanges entre le Sénéchal et le Confesseur du Roi. L'on revient sur les introspections du premier qui étaient peut être une petit peu trop nombreuses précédemment et aussi un peu trop répétitives. A cela s'ajoute une très longue diatribe sur le bien fondé d'une guerre de religion. Une dernière partie partie qui donne un air de déjà lu à l'histoire et une approche un peu trop manuel d'histoire  : il y a beaucoup trop d'analogies entre l’Église de Syncrésie et l’Église Catholique Romaine, le don du sacrifice pour sauver les autres du Mal, le bien fondé de cette guerre pour que le Bien puisse dominer dans le monde, les morts que la guerre génère des dommages collatéraux,... Ona l'impression très nette que l'auteur à réadapter à sa manière des faits avérés de l'histoire dune manière un peu trop évidente.

Certains personnages révèlent un beau potentiel pour la suite, même si l'on n'est pas convaincu du personnage principal trop geignard sur sa vie. L'on espère que des personnages dit de second plan seront plus présents par la suite. Que les relations entre les différents personnages seront plus développées avec le final de ce tome qui offre de nouvelles perspectives et que les dialogues seront toujours aussi savoureux.

Un premier tome qui a du potentiel, l'univers doit s'affranchir du huis-clos, le récit doit être centré sur plusieurs personnages et non sur un seul, les descriptions doivent être mieux dosées, par petites touches,... L'on est dans un premier roman et cela s'en ressent un peu trop, les maladresses sont nombreuses, certaines laissées de côté dans cet avis. On est très mitigé et il faudra que les chroniques d'autres bloggeurs soient plus positives pour que l'on opte de lire la suite.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Unbrindelecture 2017-12-04T18:45:04+01:00

http://www.unbrindelecture.com/2017/12/senechal-2-de-gregory-da-rosa.html

Sénéchal II est une parfaite réussite, un mélange étrange de fantasy médiévale et d'historique.. Un hybride dans le monde littéraire. Une magnifique découverte que je ne peux que vous inciter à lire et à découvrir l'auteur.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Joyeux-Drille 2017-12-27T19:52:34+01:00

Un deuxième tome dans la droite ligne du premier. Mais les lignes de force ont bougé et Gardeval est désormais sur la sellette, dans une position de faiblesse qu'il doit rétablir. Les manigances politiques redoublent, la violence monte d'un cran et les questions se multiplient, tandis que deux personnages féminins émergent : Esther, la conseillère de l'ombre, et la princesse Sybille, l'ambitieuse.

http://appuyezsurlatouchelecture.blogspot.fr/2017/12/lorsque-la-vraie-passion-parle-les.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LilyMoon 2018-05-23T15:14:01+02:00

Au vu du résumé, on s'attend à une intrigue assez classique, qui raconte un siège d'une ville médiévale en guerre... Sauf que très rapidement, on se rend compte que c'est bien plus que ça, et qu'à chaque fois qu'on croit comprendre le sujet du livre, une autre surprise arrive et bouscule toutes les certitudes. L'intrigue, littéralement à tiroirs, est vraiment prenante, sans que les effets de surprise successifs ne paraissent artificiels. On est dans les bottes du Sénéchal, partageant ses craintes, ses colères et ses incompréhensions (même si lui aussi sait garder sa part de mystère et de non dit); Les personnages sont tous très travaillés, très réalistes, nuancés, et c'est vraiment bien écrit. Le rythme est soutenu, on ne s’ennuie pas une seconde... Une très belle découverte !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LilyMoon 2018-07-31T11:46:16+02:00

Le 1er tome de Sénéchal commençait relativement "doucement" côté actions, et c'est le reproche que certains ont pu lui faire. Pas moi, tant j'ai été happée par l'univers et les personnages ambigüs, et les enjeux qu'on comprenait au fur et à mesure. Ici, ça "bouge" plus, la guerre est là et les violences se font beaucoup plus présentes, de toutes les manières possibles (côté militaire, côté civil, côté psychologique aussi). La pression monte, les manipulations redoublent (quitte à ne plus faire dans la dentelle), et Gardeval doit se recentrer pour choisir où va sa loyauté. Chaque personnage devient une version plus extrême de ce qu'il était dans le premier tome : le roi est plus impulsif, moins réfléchi, le conseiller félon est plus fourbe que jamais (mais il ne meurt donc jamais, celui-là?), l'entourage royal se positionne plus clairement sur l'échiquier... et Gardeval continue de courir partout en essayant de faire les bons choix, et de rattraper ses fautes apparemment nombreuses. Lui-même garde une partie de ses mystères, et est loin d'être un personnage neutre. Au vu des choix du roi et de ses conseillers, manifestement très mauvais, pour ne pas dire de pire en pire (mais est-il possible de faire des bons chois dans une guerre?), on a progressivement l'impression de suivre une bataille en étant du "mauvais" côté, ceux qu'on a pas forcément envie de soutenir. Pourtant, on s'attache aux personnages (certains plus qu'à d'autres), et à cette population qui, même aux yeux du Sénéchal, forme une masse cohérente, anonyme et sans nuance, qui ne mérite clairement pas tout ça. Ce tome est plus sombre que le précédent, car tout s'accélère et les personnages n'ont plus le temps pour les simagrées. Restent bon nombre de mystères, sur les personnages, la religion, le fondateur de la cité, et d'autres éléments... Un roman passionnant, manifestement charnière, dont la fin plus abrupte que la précédente donne encore plus envie d'avoir la suite !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Nacera-Aanor 2018-08-24T21:35:45+02:00

A la lecture du résumé, je m'attendais à un roman fantasy où les héros devront survivre en pleine guerre... Et finalement, non, l'intrigue est beaucoup plus profonde que ça. Le siège de la ville sert davantage de prétexte pour dépeindre ce qui devait être une réalité durant les monarchies médiévales (et qui doit toujours être d'actualité, d'ailleurs) : les guerres de pouvoir à l'intérieur même du cercle de confiance que l'on croit immuable.

Les personnages sont vraiment bien ficelés, et le lecteur se retrouve lui aussi pris au pied de ces jeux de pouvoir : à qui faire confiance ? Même Philippe, le fameux Sénéchal, le narrateur, ne nous dit pas tout... Peut-on vraiment lui faire confiance ?

J'ai vraiment hâte de lire le deuxième tome pour démêler ce nid de vipères !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cyril-Sche-Sulken 2018-08-25T22:41:50+02:00

Une excellente surprise que la découverte de cette trilogie sur le point de s'achever. "Sénéchal" nous transporte dans un univers de gritty fantasy bien conçu, inspiré de notre Histoire mais en ayant judicieusement réinventé celle-ci pour établir un cadre réaliste. Si je devais le comparer à d'autres œuvres, je dirais que j'y vois un mélange entre Le Trône de Fer, Warhammer et - ce n'est pas une oeuvre, mais hein ! - notre Guerre de Cent Ans. Bien sûr, le ressenti ne se limite qu'à quelques éléments clairsemés, car tout est bien dosé et pensé pour donner naissance à un univers original, riche et cohérent.

Le récit prend place à Lysimaque, la ville aux fleurs, capitale du royaume de Méronne. L'auteur ne prend pas le temps de nous ménager, puisque l'incipit nous apprend droitement que la cité est brusquement assiégée... Un récit guerrier, se dit-on ? Eh bien, pas spécialement : dans ce premier tome, le siège n'est jamais qu'un cadre pour la véritable histoire, qui est une affaire d'intrigues à la cour du roi Édouard VI, dit le Sanguin. Complots, trahisons, suspicion... Le narrateur, Philippe Gardeval, sénéchal de Sa Majesté, se retrouve propulsé dans une enquête intensive sous fond de menace terrible. Le lecteur se fait son avis au fur et à mesure que le récit avance, mais cet avis n'est jamais certain, on ne sait pas qui suspecter, puisque tous les protagonistes sont potentiellement éligibles - même Philippe qui, quoique narrateur, garde pour lui certaines informations... Tout cela crée une ambiance pesante et sournoise et apporte un rythme haletant à l'évolution du récit.

Pour ce qui est des points négatifs, afin de paraître objectif malgré mon engouement, ils ne concernent que la mise en page. Quelques erreurs typographiques et autres coquilles entachent le livre, mais c'est bien tout ce que j'ai à lui reprocher. Du reste, le produit en lui-même est vraiment beau (qualité habituelle aux éditions Mnémos).

En bref, "Sénéchal" est ma lecture de l'année du côté des fictions, et je ne saurais que le recommander.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Nacera-Aanor 2018-08-30T20:59:04+02:00

Le deuxième tome de Sénéchal est un concentré d'action, là où le premier tome ne faisait, finalement, que planter le décor (déjà avec brio !). Si les complots qui se resserrent autour de Philippe et si le siège de la ville s'ébranle, ce n'est pourtant pas cela que je retiens de ce deuxième tome, même si l'auteur mène son univers d'une main de fer.

Non, c'est plutôt, assez paradoxalement, un élément qui est presque secondaire. Ou, plutôt, que l'auteur veut nous faire croire secondaire dans l'histoire. On en avait déjà eu un exemple dans le premier tome, avec la superbe description des prisons inversées, une visite que j'avais par ailleurs déjà adorée, avec Rondenteux comme guide, et quel guide !

Et ce personnage, pourtant pleutre, revient avec hardiesse. Il réitère son analyse architecturale menant à des réflexions hérétiques avec la statue de la Sainte-Ange. Ce chapitre a été un véritable délice, et amène l'idée de la guerre des symboles, mais aussi du mensonge de l'Histoire, réinventée selon les personnes au pouvoir.

Ce chapitre ne fait pas tout. Le reste du livre est palpitant et la description du siège est haletante.

Spoiler(cliquez pour révéler) Mention spéciale pour la fin, les deux dernières pages, où j'ai ressenti la même angoisse que Philippe tandis qu'Orthon lisait les feuillets que le sénéchal a écrit à Sybille/Pénélope.

Bref, j'ai hâte d'être en octobre pour enfin avoir le troisième et dernier tome !

Afficher en entier

Dédicaces de Grégory Da Rosa
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Mnémos : 4 livres

Mnémos Editions : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode