Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Leona-1 : Je suis en train de lire

retour à l'index de la bibliothèque
Le trône de cendre Le trône de cendre
Aurélien Grall   
J'avais déjà eu l'occasion de découvrir Aurélien avec son premier livre Aliénor que j'avais beaucoup apprécié. Lorsque l'auteur est revenu me voir pour me proposer ce second livre, je n'ai pas hésité, connaissant déjà son écriture je savais que j'allais déjà aimé ce côté. Je le remercie pour me l'avoir confié.

Alors que la France ne cesse de se voir malmenée (manifestations violentes, l’État qui ne cesse de pondre des lois pour et contre tout, le peuple se retrouve dans une misère pas possible... Un petit goût de réalité, non ?) l'espoir semble s'être fait la malle. Lors d'une manifestations plutôt violente, une fois de plus, Walter, un jeune étudiant, se voit massacré par la police. son ami, Adrien décide que ce crime ne peut pas rester ainsi. Non, ce n'est pas un accident, c'est tout simplement un meurtre ! Adrien va tout faire pour se venger, rien ne semble vouloir l'arrêter. Rien, si ce n'est peut-être une femme...

Que dire sinon que le sujet est en plein cœur de ce que nous pouvons connaître, sans aller jusqu'à la fin bien entendu, mais si nous n'y faisons pas attention, peut-être que cela verra le jour. La réalité et ce que l'auteur nous propose se rejoignent. Il n'y a pas vraiment de questions à se poser. Un événement en entraînant un autre, nous suivons les réactions en chaîne d'Adrien et ce que cela produire en France, puis l'Europe et enfin le Monde. Comment peut-on partir de la mort d'un ami à ça ? Forcément, le "ça", je ne peux le dire, mais c'est grandiose et effrayant. La volonté d'un homme peut aller jusque là ? Assurément oui, car nous l'avons déjà vécu d'une manière bien différente, mais la "folie" d'un homme est bien plus puissante que la volonté d'un Dieu.

Ce livre peut-être lu indépendamment de "Aliénor", mais si vous désirez les découvrir, il vaut mieux commencer par l'autre et terminer par "le trône de cendre". Il y a de légers retours en arrière entre ce qui s'est passé dans Aliénor et ce que nous vivons ici par le biais de Kate, par exemple que nous avons dans les deux tomes. Lorsque je dis "vivons", c'est exactement ce que j'ai ressenti en effectuant la lecture. J'ai eu l'impression de vivre ce qui se passe. autant dire que l'avancée que nous avons eu est loin derrière nous au final. La république que nous connaissons n'existe plus pour laisser place à un empire et quel empire !

L'histoire est intéressante, effrayante (oui bis) avec une certaine vision du monde qui pourrait être en devenir. L'histoire des pavés me fait penser à mai 68, mon père me l'avait raconté, comment cela s'était produit, ce qui lui était arrivé ce jour-là à lui et tant d'autres. Les dirigeants semblent avoir oublié que bien qu'ils soient avec les mains pleines (d'argent, de puissance, de pouvoir) ce ne sont pas eux qui réussiront à écraser le peuple. Lorsque ce dernier se soulève il y a toujours des dégâts. Le monde dans lequel Adrien vit, devient un monde où la république perd ses droits. Pour avoir la paix, il faut faire la guerre à tous les opposants, quels qu'ils soient.

Adrien est sensé être le sauveur, pour tous. Un homme qui prend ses responsabilités. Ces dernières sont lourdes sur ses épaules qui, à une époque, étaient fragiles. L'esprit humain n'est pas de tout repos. Des effets de papillons peuvent toujours survenir. Le projet Aliénor en est la preuve, car il ressort dans les tablettes de ce trône. Adrien reste le personnage principal. Tantôt maître de lui-même, tantôt devenu une marionnette, il pense rester dans son bon droit, son droit chemin pour remettre en état un pays, un monde qui est toujours dans le déclin. Sa rencontre avec Olympe pourrait le modérer, mais après des mois à la mettre de côté comme un vulgaire objet (bien qu'il semble l'aimer) la jeune femme n'est pas docile. La modération n'est pas un mot dans le vocabulaire d'Adrien.

Chaque chapitre a le droit à sa musique, son arrêt sur image avec son heure, les lieux, les décors, qui est présent. Le rythme est plutôt soutenu, de l'action, des événements qui se suivent et augmentent en puissance. La trahison est forcément de mise, tout comme le fait que des jeux de pouvoirs se mettent en place. Disposer d'un pion pour le placer au bon endroit et en faire ce que l'on désire. Conquérir le monde est un choix ambitieux que d'autres ont tenté avant lui et se sont cassés les dents. Est-ce que cela lui arrivera ? C'est à vous de le découvrir et de voir jusqu'où cela peut le mener.

J'ai beaucoup aimé revoir Kate qui prend un peu plus d'importance. La façon dont elle revient dans le monde réel, dont elle prend en charge sa vie et décide de ce qu'elle veut. Être journaliste a un prix, surtout lorsque l'on sait par où elle est passée et restera. Elle doit se dépasser, sous peine de ne plus exister. Le rôle d'Olympe est plus succinct, jusqu'à ce qu'elle ouvre enfin les yeux. Lorsque l'on est dans un monde doré, comment voir ce qui se passe en dessous ? Toutes les deux ont un sacré courage et une bonne dose de valeur qui vont les emmener dans des lieux insoupçonnés.

En conclusion, un récit qui pourrait être notre futur proche. Une manière de voir comment un seul événement peut amener au déclin de toute une civilisation, la notre. Une plume toujours aussi prenante avec beaucoup de travail derrière. Je continuerai à suivre cet auteur avec grand plaisir.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/le-trone-de-cendre-aurelien-grall-a148883544
Démons Démons
Shirley J. Owens   
http://papillonvoyageurbloglivresque.weebly.com/chroniques/demons-shirley-j-owens

Encore un roman des éditions Séma qui me laisse sur le popotin. Déjà fort attirée par la couverture et le résumé, je commençais Démons en étant certaine d'apprécier. Cela a d'ailleurs été le cas mais... c'est aussi une lecture très marquante qui m'aura surprise à de nombreuses reprises. Je remercie chaleureusement Séma éditions et particulièrement Michaël pour sa confiance et sa patience.

Démons nous plonge à ses débuts dans les bois, aux côtés d'un marchant et d'un jeune garçon, Aldavir. Néanmoins, durant leur trajet les menant au village isolé de Burnwick, les deux amis se font attaquer par un loup. Aldavir se retrouve alors seul contre tous les démons qui peuplent ces terres. Il subira des injustices et se battra coûte que coûte afin de se libérer d'une terrible malédiction. Un vrai combat de survie.

« Souffrir ou faire souffrir. Tuer ou mourir. Les choix étaient simples, et limités. Il n’y en avait aucun autre. » Shirley J. Owens.

Quand j'ai commencé le roman, je ne m'attendais pas à un scénario aussi sombre et malsain. Je croyais qu'on suivrait des péripéties peu ordinaires d'un orphelin intrépide, prêt à tout pour ramener la paix... Hum hum. Je me trompais vraiment beaucoup ! En réalité, ce livre cache une sacrée violence pertinent et maîtrisée. Certains passages étaient vraiment bizarres et horribles, selon moi, mais sans eux, l'histoire n'aurait pas tout son sens : celui de montrer le vrai visage des démons décrits dans l'histoire, celui d'être réaliste. Je vous avoue que c'est la première fois que je lis un récit glauque de ce genre et cela ne m'a pas déplu. L'histoire est nourrie de malheurs tombant sur Aldavir et Ida, une jeune fille qui l'accompagne à certains moments. Pour moi, chaque scène, même la plus crue et dégoûtante, avait son importance dans l'avancée de leurs aventures. Néanmoins, je ne vous cache pas que je me sentais pas à l'aise durant ma lecture ! C'était une sensation étrange : trouver cette lecture agréable en la sentant dérangeante. Contradictoire, n'est-ce pas ? Quoiqu'il en soit, Shirley pose vraiment bien son intrigue, ses décors, ses ambiances. Mon seul regret est que nous ne sommes pas tant que cela confrontés aux émotions des personnages ou alors très brièvement, à cause de tout ce qui leur tombe dessus. Les protagonistes n'ont pas le temps de souffler... et non nous plus. Une belle qualité qui s'avère être un défaut pour les ressentis et l'attachement aux différents acteurs du récit.

Ce qui m'a le plus subjuguée est la plume de l'auteure. Honnêtement, je ne suis même plus surprise des histoires bien écrites avec Séma mais j'ai vraiment adoré la façon dont Shirley nous fait ressentir son atmosphère comme si nous y étions, sans s'encombrer de détails inutiles. Elle est très franche dans ce qu'elle raconte, voire très crue, comme je le disais plus haut. Certaines scènes dégoûtantes sont tellement bien décrites que cela donne envie de vomir. Aussi, elle ne décrit pas beaucoup ses personnages, bien qu'elle leur octroie quelques critères de base (par exemple, on sait qu'Ida a des longs cheveux et qu'Henrik a un visage fort abîmé) et on parvient sans mal à les imaginer, mais à notre façon. Personnellement, je me suis un peu imaginée physiquement Aldavir comme Anakin Skywalker dans Star Wars épisode II : l'attaque des clones. J'ai trouvé ça super que l'auteure se concentre sur ce qu'il y avait de plus important dans l'histoire : le message qui se cache dedans. Ensuite, l'imagination nous aide à construire notre vision des lieux et des gens, voire même des loups. Ils sont décrits mais c'est à nous de les imaginer comme on le souhaite. C'est quand même un sacré paradoxe que Shirley nous ouvre un champ infini de possibilités auquel on répond par nos choix, alors que ses personnages n'ont pas l'occasion de décider de leur propre avenir, tout le long de leur aventure.

En ce qui concerne les personnages, comme expliqué précédemment, c'était un peu difficile de s'y attacher. Nous sommes peu confrontés à leurs émotions, à leurs pensées. On a surtout celles d'Aldavir qui se font soit rares, soit répétitives (ce n'est pas un reproche mais un constat !). Malgré tout, j'ai réussi à affectionner Ida qui, malgré son jeune âge, paraît très mature et féroce. Elle a la rage de vivre, de se battre. C'est une enfant dure à cuire, et j'adore ça. Une héroïne de feu et de glace, forte de caractère comme on en voit pas souvent. De plus, je suis d'avis que la relation fraternelle qu'elle noue avec Aldavir est adorable. D'ailleurs, ce dernier est très réaliste ! Imaginez un enfant de 15 ans, abandonné dans une forêt ? Il cherche par tous les moyens de survivre en ne sauvant que sa propre peau. C'est un individu égoïste et difficilement empathique au vu de son jeune âge et de ses mésaventures. Il est très cohérent. Et quand il déteste quelqu'un, il lui tient longtemps une rancœur fracassante. Il contient une rage aussi puissante que celle d'Ida : celle de survivre dans ces endroits dangereux et incertains. En dehors de ces deux-là, il n'y a que Henrik qui a su me toucher à un certain moment de l'histoire (je ne dirai pas lequel héhé). C'est un homme détestable mais qui a ses raisons. Et quelqu'un qui a une excuse reste peut-être détestable mais touchant. Ce qui le maintient en vie n'est rien d'autre que sa famille qu'il refuse de voir sombrer « par sa faute ». Il cache beaucoup de pans sombres mais une part de lui reflète une vraie humanité. Aussi, je tenais à ajouter que les personnages psychopathes de Shirley filent vraiment la chair de poule ! Elle crée très bien les méchants !! Ils ne m'ont peut-être pas plu comme ils me plaisent en général mais ils restaient particulièrement badass.

C'est à la fin du livre qu'on découvre le message caché dans cette histoire. Au début, on pense que toute cette barbarie n'a ni queue, ni tête, mais quand on tourne la dernière page, on prend conscience de ce que cela voulait vraiment dire. Il y a une profondeur dans ce récit qui m'a vraiment impressionnée. Je ne m'en rendais pas compte en lisant parce qu'il faut terminer le roman pour le comprendre.

Grosso modo, Démons est une lecture sanglante horrifique impressionnante en péripéties, même si elle ne met pas en avant les ressentis des personnages. Certains sont quand même parvenus à me convaincre et s'avèrent être tout simplement des personnes très réalistes. Le thème de la malédiction et des malheurs qui font vivre un enfer aux personnages suivent une ligne conductrice très logique. Par contre, si vous avez des jeunes enfants et que vous les voyez avec ce livre en main, allez leur voler quand ils dorment. C'est légèrement déconseillé aux petits. En revanche, si vous avez soif d'aventures trépidantes et glauques, n'hésitez plus !

par Rosalys
Chroniques de MacKayla Lane, Tome 1 : Fièvre noire Chroniques de MacKayla Lane, Tome 1 : Fièvre noire
Karen Marie Moning   
Il y a beaucoup de mystères dans cette série, plus on en apprend et plus on se rend compte de l'étendu de notre ignorance. Nous restons beaucoup sur notre faim, mais les personnages sont vraiment intéressants et l'histoire promet.

par jujube
Suburban Murder, Tome 1 : The Forgottten Girls Suburban Murder, Tome 1 : The Forgottten Girls
Alexa Steele   
In an elite suburb of New York City, girls are dying. That doesn’t happen in Greenvale, with its immaculate lawns, exclusive yacht clubs and multi-million dollar mansions. But behind its perfect façade, its trimmed hedges and luxury cars, a darkness lies. Girls, dependent on Adderall, outmaneuver each other to get into top colleges, while the mothers’ need to live vicariously only makes it worse.

Bella DeFranco is one of the Bronx’s top SVU detectives. At only 37, she disarms everyone with her stunning good looks, yet she is as tough as most men—and a lot smarter, too. Yet when is summoned to Greenvale, she finds herself getting lost in a case that even she can’t comprehend. She stumbles into a land of secrets, a place where husbands hide their pasts from their wives, where friends are not what they seem, and where no one wants to know too much. As she digs deeper into layers of suburban dysfunction, she comes to learn that, behind all the fake smiles, there is a subtle violence--rivaling even her crime-ridden streets of the Bronx.

With a killer on the loose, time running out, and a new partner who never recovered from his washed-up alcoholic days, the odds are stacked against Bella. She is determined, though, to save these girls, whatever the cost. Yet as she gets close, the depth of psychosis she discovers shocks even her…

par Gkone
Le Roi Soleil Le Roi Soleil
Philippe Roy   
Je remercie l'auteur et les éditions Chemins obscurs (quel magnifique nom !) pour l'envoie de ce livre.

C'est l'histoire d'un chasseur de monstre qui en tue un, mais un mystérieux homme apparaît et n'a pas l'air de lui vouloir que du bien.

Je suis déçue de cette lecture, déjà parce que c'est une nouvelle et que j'aimerai que cet auteur nous fasse un roman !
Ensuite, parce qu'on ne comprend pas vraiment l'histoire, j'ai eu l'impression d'avoir sauté pleins de page.
On ne sait pas qui sont les personnages et ce qu'ils font....

Je trouve cela vraiment dommage, car Philippe Roy a vraiment une très belle écriture.

Je ne fais pas une très grosse chronique car cette nouvelle est relativement courte et donc je n'ai pas grand chose à dire.

En conclusion, je suis déçue de cette lecture que je n'ai pas vraiment comprise mais l'écriture de Philippe Roy est sympa.