Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Roman Baroque

Les livres sur le thème "Roman Baroque"

Roman Baroque - Classement

Les meilleurs livres sur le thème "Roman Baroque"

Roman Baroque - Extraits

Les extraits de livres ayant le thème "Roman Baroque"

Dernier extraits ajoutés

Ajouté par SherCam le 23 Septembre 2018 Editer
— Qu’y a-t-il à en dire ? Ce sont de pauvres créatures condamnées à errer à la surface de la planète alors qu’elles redoutent de se trouver à l’air libre. T’es-tu jamais demandé pourquoi les Pnume, les Pnumekin, les Phung et les Gzhindra portent tous des cagoules ?
— Je suppose que c’est leur coutume vestimentaire.
— Tu as raison, mais il y a un motif plus profond : cette capuche leur cache le ciel.
— Alors, qu’est-ce qui pousse ces deux Gzhindra à sortir s’ils redoutent tant la vue du ciel ?
— La même raison qui anime tous les hommes, répondit pompeusement Woudiver. L’espoir et le désir.
— Qu’espèrent-ils exactement ?
— En tout état de cause, je suis un ignorant, bien sûr. Tout homme est un mystère. Même toi, Adam Reith, tu m’intrigues. Tu me tourmentes cruellement par caprice. Tu utilises mon argent en vue d’un projet délirant, tu traites par le mépris toutes mes protestations, tous mes appels à la modération. Pourquoi ? Je me le demande. Pourquoi ? Pourquoi ? Si cela n’était pas aussi absurde, j’en arriverais presque à croire que tu viens d’un autre monde.
— Tu ne m’as toujours pas dit ce que veulent les Gzhindra ?
Rassemblant toute sa dignité, Woudiver se leva. La chaîne fixée à son cou oscilla et tinta.
— Le mieux serait que tu t’informes auprès des intéressés eux-mêmes.
Il se rassit à sa table et, après avoir décoché à Reith un dernier et énigmatique coup d’œil, se remit à ses écritures.
Ajouté par SherCam le 23 Septembre 2018 Editer
Reith laissa son regard errer sur le terre-plein, sur les maisons de pierre et de bois incrustées de poussière, sur les Lokhars noirs et blancs, sur la vieille auberge délabrée. C’était à Smargash qu’il avait trouvé la paix et la tranquillité pour la première fois depuis son arrivée sur Tschaï. À présent, la tournure prise par les événements l’obligeait une fois encore à plonger dans l’inconnu.
— Nous avons besoin d’un quart d’heure pour réunir nos affaires, fit-il d’une voix creuse.
Anacho murmura avec atterrement :— La situation ne s’accorde pas à mes espérances. Mais il faut faire contre mauvaise fortune bon cœur. Tschaï est un monde d’angoisse.
Ajouté par SherCam le 23 Septembre 2018 Editer
nacho agita le doigt d’un air à la fois blasé et pédant.
— Il est rare que l’on observe des Pnume en groupe. J’ajouterai même qu’il est rare de voir des Pnume isolés. Néanmoins, c’est une race qui pullule. Les généralisations hâtives sont sujettes à caution. La vérité est que, bien que nous soyons sur Tschaï depuis de longues années, nous connaissons encore bien peu de choses sur les Phung et les Pnume.
Traz, trop prudent pour ne pas paraître céder devant la logique d’Anacho et ayant trop d’amour-propre pour revenir de façon infamante sur ses positions, se contenta d’émettre un grognement inintelligible. L’Homme-Dirdir, de son côté, ne chercha pas à pousser son avantage – un avantage d’ailleurs superficiel. Et Reith se dit que, le temps aidant, ils finiraient tous les deux par se respecter mutuellement.
Après le lever du jour, Anacho se remit à bricoler le moteur tandis que les autres attendaient en grelottant dans le vent glacé qui soufflait du nord. Traz prédit sur un ton lugubre qu’il allait pleuvoir et, bientôt, un nuage se forma dans le ciel et le brouillard estompa les sommets.
Enfin, Anacho laissa tomber ses outils d’un air dégoûté.
— J’ai fait ce que j’ai pu, dit-il d’une voix morne. Le glisseur volera. Mais il n’ira pas loin.
— Jusqu’où, selon toi ? s’enquit Reith, conscient qu’Ylin-Ylan s’était tournée vers eux, attentive. Jusqu’à Cath ?
Les mains d’Anacho voltigèrent, doigts frémissant en une intraduisible mimique dirdir.
— Impossible de rallier Cath par l’itinéraire que tu as établi. Le moteur tombe en poussière.
Ylin-Ylan se détourna et contempla fixement ses poings serrés.
Anacho poursuivit :
— Si nous mettons le cap au sud, nous atteindrons peut-être Coad sur le Dwan Zher. Là, nous pourrons embarquer sur un navire pour traverser l’océan Draschade. C’est une route plus longue et moins rapide mais on peut espérer parvenir ainsi à Cath.
— Apparemment, nous n’avons pas le choix, conclut Reith.
Ajouté par SherCam le 23 Septembre 2018 Editer
Du temps passa. Reith, toujours maintenu par son harnais, était à peine conscient. Le soleil se coucha derrière les arbres et l’obscurité envahit le paysage.
Les barbares réapparurent. Ils gagnèrent la clairière, procédèrent à une inspection superficielle, scrutèrent le ciel et repartirent.
Reith poussa un cri rauque. Les guerriers saisirent leurs catapultes, mais d’un geste furieux, le jeune chef leur commanda de ne pas bouger. Il lança des ordres : deux hommes montèrent à l’arbre, coupèrent les suspentes du parachute, laissant le siège éjectable et le matériel de survie de Reith se balancer au milieu des branches.
On descendit alors Reith sans ménagements, et il faillit tomber en syncope quand son épaule racla le sol. Il voyait des silhouettes s’agiter au-dessus de lui, entendait des paroles – consonnes rudes et voyelles appuyées. Il sentit qu’on le souvelait, qu’on le déposait sur une litière. Des pieds se mirent à marteler le sol. Il oscillait à leur rythme. Puis il s’évanouit. Ou s’endormit.
Ajouté par wizbiz06 le 15 Mars 2012 Editer
Les parois du tunnel étaient des corniches de pyroxilite. De part et d’autre saillaient d’extraordinaires cristaux dont certains avaient un diamètre de trente centimètres, et leurs facettes rousses, brunâtres ou verdâtres étincelaient comme si c’étaient des diamants. Ils avaient été polis avec art. La décoration du passage avait coûté des efforts gigantesques. Ces cristaux offraient des cachettes commodes. Silencieusement, Reith s’élança sur les talons du Pnumekin, qui avançait d’une démarche fluide, dans l’espoir de sauter sur lui à l’improviste. Alors, il le menacerait de le faire passer de vie à trépas. C’était là un plan sans finesse mais le Terrien était incapable d’en imaginer un meilleur

Les sorties récentes

Sorties de livres sur le thème Roman Baroque

Top Auteur

Les meilleurs auteurs parlant de Roman Baroque
Lire la suite...